You are here: Accueil Donation - Générosité En Palestine, cette jeune ingénieure reconstruit Gaza avec des parpaings écologiques
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Journal Des Bonnes Nouvelles

Les bonnes nouvelles apportées dun pays éloigné, sont comme de leau fraîche à une personne altérée et lasse.

En Palestine, cette jeune ingénieure reconstruit Gaza avec des parpaings écologiques

Envoyer
Note des utilisateurs: / 15
MauvaisTrès bien 

Pour répondre à la pénurie de ciment qui freine la reconstruction de l’enclave palestinienne, Majd Mashhrawi développe depuis 2014 le "Green Cake", une brique écologique créée à partir de cendres de charbon.

 

Grâce à l’ingéniosité d’une jeune palestinienne, la bande de Gaza pourrait bien renaître de ses cendres. Littéralement. Avec l’aide de sa camarade de classe Rawan Abdulatif, Majd Mashhrawi confectionne, depuis août 2014, des briques écologiques à partir de cendres de charbon.

L’idée lui est venue face à la pénurie de ciment que connaît la bande de Gaza depuis 2006. Suite à l'arrivée du Hamas au pouvoir, un blocus y est imposé par le gouvernement israélien pour éviter l'entrée d'armes et la construction de tunnels. Depuis, les matériaux de base ne sont que peu ou plus acheminés jusqu’à Gaza.

La situation se dégrade en juillet 2014 lorsque la ville subit des bombardements israéliens lors de l’opération militaire "Bordure protectrice". En plus du lourd bilan humain, 18 000 maisons sont endommagées et plus de 100 000 personnes se retrouvent à la rue.

"Encore aujourd’hui, des maisons sont complètement en ruine et leurs propriétaires ne peuvent pas être fournis en matériaux indispensables à la reconstruction", explique la jeune femme dans les colonnes de Fast Company. "Pendant ma dernière année d’étude en génie civil, je n’arrêtais pas de me demander comment pourrait-on mettre un terme à cette misère ?"

Dans ce contexte, la jeune palestinienne décide de se tourner vers des matériaux alternatifs. Quel ingrédient local pourrait remplacer le sable et les gravillons – deux éléments essentiels à la confection du béton - tous deux importés d’Israël ?

La solution : récupérer les cendres issues de la combustion du charbon et du bois utilisés pour la production d'énergie. Chaque semaine, ce ne sont pas moins de six tonnes qui partent en décharge. Majd Mashhrawi va réutiliser ces déchets comme matériau pour les parpaings. Un moyen de remédier à la crise du logement et à l'absence de recyclage dans la bande de Gaza.

Après de nombreux tests de résistance (compression, chute, incendie, humidité…), le Green Cake – c'est ainsi que ce matériau a été baptisé – fonctionne aussi bien que du béton ordinaire. À la seule différence que son coût est 25 % moins élevé et son poids inférieur de moitié à celui des parpaings standards.

Les briques écologiques de Majd Mashhrawi n'ont plus qu'une seule épreuve à passer : celle du temps.

"Nous ne pouvons pas encore garantir leur durabilité, nous le pourrons dans dix ans peut-être [...] Mais je pense que ce parpaing sera durable, parce que le charbon ne réagit pas chimiquement avec le ciment", détaille Majd Mashhrawi pour le Middle East Eye

En 2016, grâce à des fonds levés via la start-up Mobaderoon 3, les inventeurs du Green Cake édifient un premier mur pilote avec 1 000 parpaings. Mais pas de quoi aller plus loin dans le développement de l'entreprise, malgré le soutien de l’Université islamique de Gaza et de la municipalité.

Après avoir échoué de peu, en avril dernier, au concours du forum MIT de Jeddah – doté de 150 00 dollars –, le Green Cake fait aujourd’hui partie des nominés à l’Index Award 2017, le concours international le plus prestigieux en matière de design, organisé au Danemark et dont le but est de trouver des solutions aux problèmes globaux. Verdict le 1er septembre.

Pendant ce temps, Majd Mashhrawi travaille à pérenniser son projet par tous les moyens. La jeune femme se trouve actuellement à Boston, où elle participe au mouvement Our Generation Speaks, dont le but est d'aider de jeunes Palestiniens et Israéliens à lancer leurs start-up.

"Si on veut vraiment quelque chose, il faut s'en donner les moyens, affirme la jeune femme, à Fast Company. Au départ, je n'aurais jamais pensé arriver jusque là, réaliser ce rêve et avoir la possibilité de voyager, de rencontrer d'autres personnes et tenter d'obtenir des investissements. Si on y croit, ce n'est pas impossible".

Résolue à améliorer le quotidien des habitants de Gaza, Majd Mashhrawi espère par la suite ouvrir une usine et embaucher des centaines de travailleurs. Elle souhaite également développer le concept du Green Cake en Cisjordanie. Et dans le reste du monde ?

 

 

 

 

Like me !