You are here: Accueil Miracle
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Journal Des Bonnes Nouvelles

Les bonnes nouvelles apportées dun pays éloigné, sont comme de leau fraîche à une personne altérée et lasse.

Erreur
  • XML Parsing Error at 1:1219. Error 9: Invalid character

Envoyer
Note des utilisateurs: / 15
MauvaisTrès bien 

Plus de 80 lycennes de Chibok ont t libres samedi 6 mai des mains de Boko Haram, aprs plus de trois ans de captivit aux mains du groupe jihadiste nigrian, a confirm la prsidence nigriane.

"Aujourd'hui, 82 nouvelles filles de Chibok ont t libres (...), en change de membres prsums de Boko Haram dtenus par les autorits", a prcis la prsidence nigriane sur Twitter, confirmant une information d'abord donne par un ministre, des sources de scurit et le pre de deux filles.

Une source militaire avait d'abord affirm qu'"au moins 80 jeunes filles de Chibok" avaient t amenes Banki, la frontire avec le Cameroun, dans le nord-est du Nigeria.

"Des vhicules sont alls les chercher dans une fort sans escorte militaire, et les ont ramenes Banki 17h30. Elles sont loges dans les baraquements militaires et partiront par avion vers Maiduguri (capitale de l'tat du Borno) demain", avait ajout cette source.

Enoch Mark, pre de deux jeunes filles enleves, avait tmoign avoir t inform: "Nous avons t tenus au courant par le mouvement Bring Back Our Girls (BBOG, qui manifeste pour la libration des lycennes depuis leur enlvement) et par un officiel de l'tat du Borno.

C'est une excellente nouvelle pour nous", avait confi Enoch Mark. "Les attentes sont grandes", a dclar samedi soir BBOG dans un communiqu sur Twitter: "Nous nous rjouissons d'entendre de manire officielle que cette nouvelle est confirme et vraie".

Les lycennes de Chibok sont devenues le symbole des dizaines de milliers de personnes encore dtenues par Boko Haram, qui utilise le kidnapping de masse comme moyen de recrutement.

Vendredi, les ambassades britannique et amricaine avaient affirm avoir reu un rapport stipulant que Boko Haram planifiait un enlvement de ressortissants trangers "le long de l'axe Banki-Kumshe". Les ONG, particulirement actives dans cette zone dvaste par huit ans de conflits, avaient d suspendre leurs activits dans la zone.

Mi-avril, le Nigeria avait ft avec tristesse le troisime anniversaire de l'enlvement de plus de 200 jeunes filles par le groupe jihadiste en 2014. Relay par les mdias du monde entier, le kidnapping de masse de 276 adolescentes -dont 57 avaient russi s'chapper juste aprs le rapt- avait provoqu une vague d'indignation laquelle de nombreuses clbrits mondiales avaient particip coups de hashtags #bringbackourgirls (Ramenez-nous nos filles).

Trois d'entre elles avaient ensuite t retrouves prs de la fort de Sambisa, l'une d'elle accompagne de son mari, que l'arme a tout de suite souponn d'tre un combattant de Boko Haram.

En octobre 2016, 21 autres jeunes filles avaient t libres, pour certaines avec des enfants ns en captivit, aprs des ngociations entre Boko Haram et le gouvernement, avec l'aide du Comit International de la Croix-Rouge et de la Suisse.

Le porte-parole de la prsidence Garba Shehu avait alors affirm que la libration de 83 autres jeunes filles tait en ngociations, mais qu'elles taient dtenues par d'autres factions du groupe. Il avait ajout que "des pays trangers" et le CICR poursuivaient leur aide dans les pourparlers. Le CICR n'a pas souhait commenter cette annonce de librations.

la veille de Nol, le prsident Buhari avait annonc triomphalement "l'crasement final des terroristes de Boko Haram dans leur dernire enclave" de Sambisa, une fort de quelque 1300 km2. La libration des lycennes tait l'une de ses promesses de campagne lors de son lection en 2015.

Mais l'accs au nord-est du pays, immense territoire aux confins du Tchad, du Cameroun et du Niger, reste extrmement difficile: mme si Boko Haram ne contrle plus de vastes territoires, les attaques et les enlvements sont quotidiens.

"Boko Haram continue enlever des femmes, des filles, mais aussi des jeunes garons pour leur faire subir les pires des supplices: ils sont viols, frapps et forcs commettre des attentats-suicides", a dnonc Makmid Kamara, reprsentant d'Amnesty International pour le Nigeria, lors du troisime anniversaire de leur enlvement.

"Malheureusement, (...) la plupart de ses enlvements ne sont pas rapports dans la presse. De nombreux parents, de nombreuses familles ont abandonn tout espoir de retrouver ceux qu'ils aiment", crivait Makmid Kamara en avril.

 

Like me !